Alep, point d’orgue de l’aventure iranienne en Syrie

La Russie cherche à associer la Turquie et l’Iran à la recherche d’une solution politique au conflit syrien dans un nouveau format qui laisse de côté les Occidentaux. Une réunion des ministres des affaires étrangères des trois pays devait avoir lieu, le mardi 20 décembre à Moscou, malgré l’assassinat, la veille à Ankara de l’ambassadeur russe en Turquie. Dans le même temps, Vladimir Poutine a envoyé son représentant spécial pour le Moyen-Orient, Mikhaïl Bogdanov, à Téhéran pour discuter avec les autorités iraniennes de la position qu’il entend adopter après la prise d’Alep. Pour les Iraniens aussi la bataille d’Alep représente une victoire mais l’Iran n’a pas intérêt à prolonger la guerre en Syrie, estime François Nicoullaud, ancien ambassadeur de France à Téhéran.

parstoday.com
Les ministres de la défense russe, iranien et syrien

La République islamique d’Iran savoure en ce moment l’accomplissement de "la promesse divine" qu’est la victoire d’Alep. En son sein, les Pasdaran, ou Gardiens de la Révolution, ont beaucoup donné d’eux-mêmes depuis cinq ans, soutenant à bout de bras la vacillante armée de Bachar el-Assad, formant des forces d’appoint sur place, et surtout faisant venir du Liban des milliers de combattants du Hezbollah, d’Irak des miliciens chiites, ou encore d’Iran et d’Afghanistan de pauvres Afghans en quête de subsistance et de statut.

L’ombre de l’Arabie saoudite

L’Iran, au cas où il aurait parfois douté, se trouve conforté dans ses objectifs et ses analyses : pas question, bien entendu, de laisser s’installer en Syrie des sortes de néo-Talibans, qui ne manqueraient pas, une fois aux commandes, d’écraser toutes les minorités du pays, puis de revendiquer le Liban, d’aller aussi déstabiliser l’Irak voisin pour y détruire les sanctuaires les plus sacrés du chiisme, et d’arriver enfin aux portes de l’Iran : tout ceci avec le soutien plus ou moins avoué, mais en tous cas massif, de l’Arabie saoudite, obsédée par la menace perse et chiite.

Les Iraniens ne se font pourtant pas d’illusions sur la personnalité d’Assad. Ils l’ont critiqué à mots à peine couverts pour la brutalité de sa réaction en 2011, lorsque le soulèvement populaire était encore pacifique. Ils lui ont au moins une fois proposé, en vain, de l’installer ailleurs. Mais comme leurs dirigeants le disent régulièrement à leurs interlocuteurs occidentaux : s’il part demain, qui mettez-vous à sa place ? Et devant le silence qui leur répond, ils poursuivent : si vous vous en remettez alors au résultat d’un processus de transition, pourquoi l’en éliminer d’emblée ? S’il est aussi haï que vous le dites, notamment chez les sunnites arabes, qui forment plus de 60% de la population syrienne, pourquoi refuser de le laisser concourir dans une élection générale organisée par les Nations unies et surveillée par la communauté internationale ?

Une victoire fragile

Affichant son bon droit, et la conviction d’être le plus constant et le plus déterminé dans la lutte contre le terrorisme, le régime iranien sait en même temps que sa victoire est fragile.
D’abord parce qu’il faut la partager avec plus fort que lui : la Russie. Certes, celle-ci était indispensable. A l’été 2015, le général Soleimani, responsable des opérations des Pasdaran en Syrie et en Irak, était allé à Moscou pour attirer l’attention sur l’état d’épuisement de l’armée syrienne et le risque réel de voir Assad balayé à court terme.
Vladimir Poutine, qui comprend immédiatement le danger pour la présence russe sur la côte méditerranéenne, à Latakieh et Tartous, est convaincu d’intervenir. Mais avec le sentiment aujourd’hui d’être le vrai vainqueur. La Russie va jusqu’à oublier de s’assurer de l’accord des Iraniens et des Syriens lorsqu’elle arrête avec les services turcs, au contact des différentes factions de l’opposition armée, les modalités d’évacuation des civils et des rebelles demeurés dans Alep-est. D’où le blocage du processus par les milices pro-iraniennes, avec l’exigence d’obtenir en échange l’évacuation de populations chiites assiégées par les insurgés dans deux bourgades situées à quelque 50 kilomètres au sud-ouest d’Alep. Autre vexation pour l’Iran, être invité par les Russes à Moscou pour discuter de l’avenir de la Syrie non pas seul, ou avec le gouvernement de Damas, mais avec… la Turquie, soutien de tous les djihadistes depuis le début de l’insurrection.

Le jour d’après

Et les Iraniens savent bien que la victoire d’Alep est loin d’avoir tout réglé. Voudraient-ils l’ignorer que la mort d’un général Pasdar, il y a quelques jours lors de la reprise de Palmyre par Daech, serait là pour le leur rappeler. S’il fallait reconquérir tous les territoires échappant encore au régime syrien, d’interminables combats seraient à prévoir. Les Russes le savent aussi. Ils ont rappelé à Bacahr el-Assad, qui affiche encore l’objectif de reprendre le contrôle de l’ensemble du pays, qu’il n’y a pas de solution militaire au conflit. C’est sans doute la raison pour laquelle ils ont décidé de préserver l’avenir en laissant partir les derniers rebelles d’Alep, plutôt que de les écraser.
Les Russes plaident donc pour des concessions à l’opposition et un processus inclusif de retour à la paix, avec la constitution d’une union nationale en vue d’œuvrer à l’éradication de Daech. Cette tâche à elle seule, si l’Iran et ses amis veulent rester dans le jeu, implique encore des sacrifices, alors qu’un mouvement comme le Hezbollah libanais, qui a joué un rôle décisif dans les moments les plus sombres, a déjà payé un très lourd tribut à la guerre civile syrienne et ne pourra être éternellement sollicité.

Enfin, il y a l’inconnue de la nouvelle administration américaine. Donlad Trump a laissé entendre que l’élimination de Daech était sa toute première priorité et qu’il n’écartait pas l’idée de chercher à cette fin un terrain d’entente avec la Russie et même avec Bachar el-Assad. La Turquie, si elle obtient des garanties sur l’endiguement des Kurdes de Syrie, pourrait aussi se joindre à la partie.
Quelle serait dans un tel dispositif la place de l’Iran ? Certes, les Iraniens interviennent en Irak, soutenant les milices chiites dans la bataille de Mossoul, où se retrouvent aussi les Américains, mais ils n’y sont pas aussi près du terrain, aussi associés au quotidien du combat qu’en Syrie. Si les Etats-Unis et la Russie se mettaient à agir ensemble en Syrie, l’Iran pourrait être confiné à un rôle secondaire, ou, s’il intervient en force, s’apercevoir qu’il tire finalement les marrons du feu pour l’Amérique.

Les préoccupations intérieures

La victoire d’Alep pourrait donc être pour l’Iran le point haut de son aventure syrienne. Sa première préoccupation devrait être de consolider sa position, de rester un élément incontournable des solutions à venir, plutôt que d’aller vers de nouvelles conquêtes.
D’autant que la population iranienne pourrait se lasser de ces expéditions sans fin, comme du soutien à fonds perdus du régime d’Assad. Certes, les interventions en Syrie et en Irak lui sont présentées comme visant à assurer la protection de l’Iran contre des entreprises terroristes, et elle adhère à cette vision. Mais si, dans l’euphorie de la victoire d’Alep, ce discours en venait à dériver vers l’idée que l’Iran est en position de dominer l’ensemble de la région, les gens ne seraient plus preneurs.
Comme dans tant de pays, la population s’intéresse d’abord à sa situation économique. Elle attend une relance avec une impatience croissante depuis la conclusion en juillet 2015 de l’accord de Vienne sur le nucléaire, ayant permis la levée des premières sanctions. Il ne faudrait pas que cette reprise se trouve compromise par l’ouverture de crises inutiles. Il y a déjà suffisamment à faire pour protéger cet accord fragile, et encore plus fragilisé par l’élection de Donald Trump. C’est là-dessus que l’opinion se positionnera lors des élections présidentielles du printemps prochain, qui verront Hassan Rohani concourir pour un deuxième mandat. C’est là qu’elle attend du résultat.