JOURS TRANQUILLES À TÉHÉRAN APRèS LA FRAPPE AMÉRICAINE en Syrie

Les réactions des dirigeants iraniens aux frappes américaines sur la base militaire de Shayrat ont été plutôt mesurées, bien que tous les responsables ont réaffirmé leur soutien à Bachar el-Assad. Ils comptent que le "principe de réalité" s’imposera à Donald Trump qui vient de montrer que sa politique pouvait être en contradiction avec ses déclarations de campagne. Le raid américain peut interférer avec les élections présidentielles qui doivent avoir lieu le 19 mai. Une analyse de François Nicoullaud, ancien ambassadeur de France à Téhéran.

La Croix
Un marché à Téhéran au mois de mars

Au sortir des fêtes de Norouz, la République islamique d’Iran a réagi de façon, somme toute, mesurée à la frappe décidée par Donald Trump sur la base aérienne militaire syrienne de Shayrat, menée elle-même en riposte au bombardement au gaz sarin intervenu sur Khan Cheikhoun. À la suite de la première attaque, le porte-parole du ministère iranien des affaires étrangères, rappelant que l’Iran avait lui-même été lourdement victime de l’arme chimique du temps de sa guerre contre Saddam Hussein, avait exprimé sa condamnation de tout usage de telles armes, "quels qu’en soient les auteurs et les victimes".
Après l’intervention américaine, le président Rohani et le ministre des Affaires étrangères Zarif se sont relayés pour dénoncer une violation de la loi internationale et une action faisant le jeu des "terroristes", pour réclamer aussi une commission d’enquête – "sans les Américains" – afin de rechercher les fournisseurs des armes chimiques arrivées en Syrie. Ali Khamenei, Guide suprême de la Révolution islamique, a pour sa part qualifié d’"erreur stratégique" l’intervention américaine. Il en a profité pour rappeler que "d’anciens officiels américains avaient créé ou aidé Daech", ajoutant : "…et les officiels actuels sont en train de renforcer Daech et ses semblables".

Des Gardiens dans le collimateur

Il est à noter que la hiérarchie de l’Organisation des gardiens de la Révolution islamique, ou Pasdaran, garde prétorienne du Régime, est restée jusqu’à présent silencieuse. Elle est pourtant prompte d’ordinaire à s’exprimer sur ce genre de sujet, sans craindre les escalades, du moins verbales. Se tait-elle sur instruction ? Il est vrai qu’elle est dans le collimateur de la nouvelle administration américaine. De façon générale, pour son rôle très concret dans le soutien iranien à Bachar el-Assad, au Hezbollah libanais, aux Houthis yéménites, et à d’autres encore. Plus précisément pour sa mise en œuvre récente de plusieurs tirs balistiques, jugés contraires à l’appel formulé par le Conseil de sécurité dans la foulée de l’accord nucléaire conclu en juillet 2015. Et aussi pour des incidents répétés dans les eaux du Golfe persique, où les vedettes des Pasdaran ont pris l’habitude de venir narguer les navires américains. Durant sa campagne, Donald Trump avait exprimé son intention de "faire gicler hors d’eau" les auteurs de ces provocations.

En outre, le Congrès américain a sur le feu deux projets de loi, l’un présenté au Sénat, l’autre à la Chambre des représentants, visant en particulier à punir l’Iran pour la poursuite de ses activités balistiques. La fusion et l’aboutissement de ces projets risquent de menacer la survie de l’accord nucléaire de 2015, l’Iran pouvant être amené à juger que les États-Unis auraient alors rompu leur engagement de veiller à lui maintenir "le plein bénéfice de la levée des sanctions" prévu par l’accord.

De plus, le projet soumis au Sénat prévoit de placer les Gardiens de la Révolution islamique sous le coup des sanctions applicables aux organisations terroristes. Ce serait une première pour une entité d’État, avec des effets juridiques et pratiques malaisément contrôlables. La première victime pourrait en être la coordination jugée utile, à un moment ou à un autre, entre Iraniens et Américains dans la lutte contre Daech. Et quid des répliques, visibles ou plus vraisemblablement masquées, aux effets d’une telle désignation, auxquelles pourraient se laisser aller les Pasdaran ?

Élections à l’horizon

Dans l’immédiat toutefois, le Sénat semble avoir mis en veilleuse la procédure d’adoption de son projet de loi, pour tenir compte, selon le président sa Commission des affaires étrangères, des possibles réactions de l’Union européenne et de la proximité des élections présidentielles iraniennes. De fait, le premier tour de cette élection arrive bientôt, le 19 mai. Nul doute que le président Rohani s’apprête à briguer un deuxième mandat.
Même s’il se présente en position favorable, grâce notamment à l’incapacité de ses adversaires conservateurs à se mettre d’accord sur une candidature unique, il est néanmoins fragilisé par au moins deux facteurs. Le seul élément incontestable de son bilan est la conclusion de l’accord nucléaire de 2015 avec les cinq membres permanents du Conseil de sécurité et l’Allemagne. Mais l’attente populaire d’un retour de la prospérité à la suite de la levée des sanctions internationales s’est trouvée déçue par la lenteur avec laquelle se démantèlent les multiples obstacles mis en place par les États-Unis et les Européens durant les années d’isolement de l’Iran.

Beaucoup de ces obstacles, à la fois psychologiques et juridiques, sont encore en place. En outre, les espoirs qu’Hassan Rohani avait soulevés en matière d’ouverture de la société, d’avancées dans le domaine des libertés publiques et des droits de l’homme, sont restés lettre morte, en raison du blocage systématique de toutes initiatives en ce sens par le cœur conservateur du régime.

La lente progression du principe de réalité

Ceci pour dire qu’en effet, toute nouvelle mesure punitive prise à Washington qui viendrait ajouter aux difficultés d’Hassan Rohani, partisan discret d’un apaisement des tensions avec Washington, aurait un effet contre-productif en renforçant ses adversaires. Même les parlementaires américains les plus hostiles à ce pays semblent l’avoir compris. Et l’administration de Donald Trump aussi, puisque l’entourage de ce dernier a fait tout récemment passer le message que la dénonciation de l’accord nucléaire conclu par Obama, pourtant "le pire jamais conclu par les États-Unis", n’était pas à l’ordre du jour.
Nul doute, donc, que l’on parie du côté iranien sur la progression du principe de réalité dans l’esprit de Donald Trump, au fil de la période d’apprentissage dans laquelle celui-ci se trouve engagé. L’on doit se dire ainsi à Téhéran, et peut-être ailleurs, que le bombardement de la base de Shayrat va vite montrer ses limites, y compris aux yeux de son instigateur. Le geste ne pouvait être que symbolique, à partir du moment où les Russes avaient été prévenus et la base, pour l’essentiel, évacuée.
D’ailleurs, des avions syriens en ont décollé un jour à peine suivant l’intervention américaine. La répétition d’une telle frappe ne pourrait produire, au mieux, que d’autres coups d’épée dans l’eau. Et l’action de la coalition internationale menée par les Etats-Unis pour lutter contre Daech se trouvera compliquée, tant que les Russes maintiendront coupée la ligne d’échange d’informations sur les activités, notamment aériennes, des uns et des autres, qui permettait d’éviter les risques d’affrontement par accident.
Téhéran, qui a ses habitudes dans le temps long, doit se dire que le soulagement libérateur du passage à l’acte finira par se dissiper chez ses auteurs. Il pourra alors observer sans déplaisir la difficulté pour les Américains à naviguer entre le risque de glissade vers l’insignifiance et les risques encore plus lourds de l’escalade de la violence.