Rohani, la victoire et après ?

Le président Hassan Rohani a été réélu, le vendredi 19 mai, pour un second mandat à la tête de l’Iran. Le guide Ali Khamenei a laissé faire. Mais le président doit affronter des défis intérieurs s’il veut répondre aux attentes de ses électeurs qui espèrent un desserrement des contraintes pesant sur la société. En politique étrangère, Hassan Rohani compte sur les effets positifs de l’accord sur le programme nucléaire signé en 2015 et une levée des sanctions. Ces espoirs risquent de se heurter à l’intransigeance américaine si l’on en croit les discours tenus par Donald Trump en Arabie saoudite et en Israël. Le président américain a fait porter la responsabilité du terrorisme à l’Iran et à ses alliés chiites.
Ancien ambassadeur de France à Téhéran, François Nicoullaud, qui était en voyage en Iran au moment de l’élection présidentielle, livre ici son analyse.

François Nicoullaud
Célébration de la victoire de Rohani dans les rues de Téhéran, le 20 mai au soir

Hassan Rohani vient donc d’être réélu pour un deuxième mandat présidentiel avec 61% des voix exprimées, contre 39% à son principal adversaire, Ebrahim Raïssi. C’est un score supérieur à l’attente des observateurs. Le Guide de la Révolution, Ali Khamenei, et le corps des Pasdaran n’ont pas cherché à peser sur le résultat de l’élection, malgré leur proximité avec Ebrahim Raïssi, candidat ultra-conservateur, président de la très puissante fondation Astan e Qods, en charge du mausolée de l’Imam Reza à Machhad.
Après la gestion calamiteuse de l’élection présidentielle de 2009, qui avait fait descendre des millions d’Iraniens dans la rue, le cœur du régime semble avoir définitivement compris qu’il y avait des pratiques auxquelles il valait mieux renoncer s’il ne voulait pas mettre à nouveau les institutions en péril. Déjà, d’ailleurs, en 2013, lors de la première élection à la présidence d’Hassan Rohani, la population avait été satisfaite du déroulement de l’élection. La République islamique est donc capable d’apprendre et d’évoluer.

L’importance de la participation

La participation électorale a atteint 73%, chiffre élevé pour l’Iran. Seul Khatami avait mieux fait en 1997, avec une participation de 80%. Ce taux est l’un des éléments clefs de l’élection. En effet, les faibles participations tendent en Iran à favoriser l’expression des fidèles du régime, les plus motivés pour se rendre en toutes circonstances dans les bureaux de vote. En revanche, les modérés, les réformateurs, les plus sceptiques à l’égard des institutions, ne se déplacent en nombre que convaincus de l’importance de l’enjeu.
Cela a été le cas cette fois-ci. La personnalité de Raïssi, profondément réactionnaire, marquée par un lourd passé de procureur impitoyable aux ennemis de la Révolution, et se lançant dans un discours de plus en plus populiste, a produit chez les Iraniens les plus évolués l’effet d’un repoussoir, un peu, mutatis mutandis, à l’image de Marine Le Pen en France.
Le principal slogan de la campagne de Rohani, "nous ne ferons pas machine arrière", cristallisait bien ce sentiment. Et Rohani s’est enhardi au fil de ses prises de parole, s’en prenant aux Pasdaran, s’engageant à rechercher la levée des dernières sanctions frappant l’Iran, promettant de nouveaux progrès en matière de libertés, prenant parti pour une détente dans les relations avec le monde extérieur.
Ce discours a porté. Rohani, initialement positionné comme centriste modéré, a réussi à rallier l’ensemble du camp réformateur. Le verdict des urnes a été sans appel, et s’est aussi traduit dans le résultat des élections municipales, qui se tenaient le même jour. De grandes villes conservatrices ont basculé du côté des soutiens de Rohani, comme Ispahan ou Machhad. A Téhéran aussi, les conservateurs vont passer la main aux réformateurs. Plus de femmes qu’auparavant se sont portées candidates, et elles seront plus nombreuses à siéger dans les conseils municipaux.
Le soir de l’annonce des résultats, des foules pacifiques ont manifesté en une atmosphère de liesse bon enfant dans tous les coins du pays. Décidément, l’Iran bouge et se place à l’avant-garde de sa région en matière de pratiques démocratiques. Même s’il y a encore du chemin à faire, le contraste est saisissant avec l’état de la vie politique dans les pays voisins de la Péninsule arabique, pourtant grands amis de l’Occident.

Consolider la victoire

Mais maintenant, il va falloir transformer cet essai. Rohani parviendra-t-il à échapper à la malédiction du deuxième mandat qui a frappé ses deux derniers prédécesseurs ? Ahmadinejad, bien qu’initialement soutenu par le cœur du régime, avait fini par se brouiller avec à peu près tout le monde et par perdre toute capacité d’agir. Avant lui, Khatami avait vu tous les projets de réforme qu’il avait fait passer au Parlement bloqués par le Conseil des gardiens de la Constitution. Ahmadinejad, qui a tenté de se présenter à la dernière élection présidentielle, a été disqualifié d’emblée, comme d’ailleurs l’avait été en 2013 Ali Akbar Rafsandjani, également ancien président de la République. Khatami, lui, est interdit de parole et d’image sur tous les médias iraniens.
Décidément, Président de la République est un métier à risque en Iran. Dans l’immédiat, nul doute que le cœur du régime va tenter de neutraliser tous les efforts de réforme et d’ouverture annoncés par Hassan Rohani, considérant qu’il a joué son rôle historique en concluant l’accord nucléaire de 2015, et qu’il serait désormais bien inspiré de se consacrer à la gestion des affaires courantes.
Certes, Rohani peut faire le pari d’une disparition prochaine du Guide de la Révolution, Ali Khamenei, âgé et malade, ce qui rebattrait le jeu de cartes. Mais ce serait une façon de s’en remettre entièrement à la Providence. Le Guide travaille d’ailleurs en ce moment même à assurer sa succession par quelqu’un à son image. A supposer que cette succession intervienne à bref délai, rien ne garantit donc que la tâche de Rohani s’en trouverait facilitée.

Les combats à venir

S’il ne veut pas finir rejeté par ses électeurs, s’il veut tenir les promesses déjà lancées lors de sa première élection en 2013 et qu’il vient de renouveler, Rohani va devoir passer en force et casser quelques codes de la République islamique. Il perçoit les possibilités d’interaction entre les progrès en interne et les progrès dans la relation extérieure. Il sait qu’il doit labourer en même temps ces deux terrains. Heureusement, en dépit de redoutables obstacles, quelques avancées à forte portée symbolique, mais aussi à effets concrets, sont à sa portée.
Sur le front intérieur par exemple, la commission des lois du Parlement iranien a déjà pris position en faveur de l’abolition de la peine de mort pour trafic de drogue. L’introduction de cet amendement dans la loi pénale réduirait d’environ 90% les exécutions en Iran, ce qui ramènerait leur nombre à quelques dizaines par an au lieu de plusieurs centaines, peut-être mille, voire plus, à ce jour. Même si c’est encore trop, c’en serait fini de l’image désastreuse de l’Iran comme premier ou deuxième pays au monde pour les exécutions judiciaires rapportées au nombre d’habitants.
Sur le front extérieur, deux gestes spectaculaires permettraient à l’Iran d’étonner les plus hostiles à son égard et de se poser d’emblée en précurseur dans sa région en matière de prolifération nucléaire et balistique. Et ces gestes ne mettraient pas en péril les fondamentaux de la République islamique.
Le premier serait d’adhérer au Traité pour l’interdiction complète des essais nucléaires (TICE, ou CTBT en anglais). l’Iran, en ratifiant ce traité qu’il a déjà signé, ne contracterait aucune obligation nouvelle, puisqu’il a déjà renoncé à acquérir l’arme atomique en adhérant au Traité de non-prolifération nucléaire. Mais il donnerait l’exemple dans son voisinage, et même au-delà, puisque ni l’Arabie saoudite, ni l’Égypte, ni la Syrie, ni Israël, ni même les États-Unis ou la Chine n’ont encore adhéré à ce traité. A noter d’ailleurs que l’Iran avait déjà accepté au tournant du siècle l’installation sur son sol de dispositifs de détection d’explosions nucléaires dans le cadre du TICE. Il pourrait alors les réactiver. Ce serait un signal positif supplémentaire vers le monde extérieur.
Le second geste serait d’adhérer au Code de conduite contre la prolifération des missiles balistiques, adopté en 2002 à la Haye. Ce code oblige, pour l’essentiel, les signataires à faire connaître chaque année les lignes générales de leurs programmes de missiles balistiques et de lanceurs spatiaux, ainsi que les sites de lancement utilisés, et à notifier à l’avance les tirs prévus. A l’époque de l’observation satellitaire, ces simples mesures de transparence ne pèseraient en rien sur les choix de l’Iran en matière balistique.
Les programmes en ce domaine, sont gérés, comme on le sait, par les Pasdaran. Rohani devrait pouvoir vaincre les résistances de ces derniers. Il y était, après tout, parvenu en 2003, lorsqu’il s’occupait du dossier nucléaire et qu’il avait obtenu des Pasdaran l’arrêt de leurs activités nucléaires non déclarées. S’il réussissait, l’Iran, là encore, se placerait en pointe dans sa région puisqu’aucun pays de la Péninsule arabique n’a encore adhéré à ce code de conduite, non plus que l’Égypte, la Jordanie, Israël, le Liban, ou la Syrie.

Le rôle de l’Europe

Si l’on poursuit la prospective, il faudrait alors que de tels gestes soient à la fois encouragés et suivis de retour. Il n’est guère possible dans l’immédiat d’attendre quoi que ce soit des États-Unis, sinon le maintien en vie de l’accord nucléaire de 2015, ce qui serait déjà beaucoup. Israël devrait déjà trouver dans ces signaux l’indication que l’Iran ne souhaite plus se positionner en "menace existentielle" de l’État hébreu, ce qui d’ailleurs embarrasserait plutôt M.Netanyahu.
L’Europe, elle, a les moyens d’œuvrer, sur de telles bases, à une détente entre l’Iran et le monde extérieur. Voilà un chantier qui devrait pouvoir mobiliser la nouvelle administration française, si elle souhaite contribuer, comme elle l’a laissé entendre, aux progrès de la paix au Moyen-Orient.