Jair Bolsonaro a le coronavirus : quelles conséquences politiques ?

Après avoir négligé toutes les mesures de précaution contre le coronavirus, qu’il avait qualifié de « petite grippe », le président brésilien Jair Bolsonaro a fait savoir qu’il avait été testé positif au Covid-19. Ce rebondissement attire une fois de plus l’attention sur la façon dont Jair Bolsonaro a géré la pandémie. Professeur au King’s College de Londres, spécialiste du Brésil, Anthony Pereira estime que cette gestion a été l’une des pires au monde. Il souligne la dévotion du président brésilien envers Donald Trump, dont il s’est inspiré sans aucun doute dans sa réponse à la crise.

© Joe Cummings/Financial Times
Jair Bolsonaro sur la couverture du FT

Le 7 juillet, Jair Bolsonaro a annoncé qu’il avait contracté le coronavirus. Le plus surprenant n’est pas que le président brésilien ait été infecté, mais que cela soit arrivé si tard. En effet, il avait été suspecté pour la première fois d’être porteur du virus en mars, lorsque plusieurs membres de son entourage ont été testés positifs après avoir rendu visite au président américain Donald Trump en Floride.
En mai, la Cour suprême du Brésil lui a ordonné de publier ses résultats médicaux : ils s’étaient alors révélés négatifs. De toute façon, le 24 mars, le président avait qualifié le coronavirus de « petite grippe » (gripezinha), ajoutant que s’il était contaminé, il ne s’inquiéterait nullement. En avril, mai et juin, Bolsonaro a pris de nombreux bains de foule à Brasília sans porter de masque, au mépris des conseils des experts en santé publique. Il semblait convaincu que personne n’avait le droit de lui dire ce qu’il devait faire.

La nouvelle que Bolsonaro a fini par attraper le Covid-19 ne constitue donc certainement pas un choc. Mais cette situation nouvelle soulève toutefois des questions politiques difficiles sur le comportement personnel du président pendant la crise, sur la réponse de son gouvernement à la pandémie et, aussi, sur ses liens avec Donald Trump.

La mauvaise gestion de l’épidémie

Lors de la conférence de presse au cours de laquelle il a annoncé qu’il avait été testé positif, Bolsonaro a porté un masque – alors même que quelques jours auparavant il avait opposé son veto à l’utilisation obligatoire des masques dans les magasins et les bâtiments publics. Il a déclaré avoir fait le test uniquement parce qu’il craignait de transmettre le virus à d’autres personnes. Cette soudaine inquiétude pour les autres contrastait avec l’insouciance de certains de ses récents commentaires sur le Covid-19, comme son bravache : « Nous allons tous mourir un jour. »
On aurait tort de s’attendre à ce qu’il suive en bloc les conseils de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ; mais dans la même conférence de presse, il a déclaré qu’il s’isolerait dans son bureau et annoncé qu’il avait annulé deux voyages prévus en dehors de Brasília. Il se pourrait que le président se soit désormais pris de respect pour le virus.
Cela soulève la question de la réaction de son gouvernement à la crise qu’il a provoquée. La gestion de la pandémie par le Brésil a été l’une des pires au monde. Le président s’est opposé à la mise en place de vastes mesures de confinement, estimant que seules les personnes âgées et vulnérables devaient rester à la maison tandis que tous les autres devaient retourner à l’école et travailler immédiatement.
Toutefois, en avril, la Cour suprême du Brésil a décidé que les maires et les gouverneurs avaient la prérogative d’imposer leurs propres règles face à l’urgence sanitaire – une décision que Bolsonaro a été contraint d’accepter. Les deux plus grandes villes du Brésil, São Paulo et Rio de Janeiro, sont en pleine phase de relâchement progressif de leurs mesures de confinement, mais si le nombre de cas devait augmenter, elles disposent de l’autonomie nécessaire pour réimposer des mesures plus strictes de confinement. En avril, 20 des 27 gouverneurs ont signé une lettre ouverte adressée à Bolsonaro et critiquant sa gestion du coronavirus.
Avant la pandémie, Bolsonaro avait déjà rompu avec plusieurs gouverneurs du Brésil – y compris certains de ses anciens alliés –, dont le gouverneur de São Paulo, João Doria, qui est considéré comme un rival politique potentiel. Bolsonaro a également rompu avec Wilson Witzel, le gouverneur de Rio, qu’il soupçonne d’être à l’origine des enquêtes anti-corruption sur son fils Flavio. Witzel lui-même fait actuellement l’objet d’une enquête de la police fédérale pour détournement présumé de fonds publics destinés au système de santé.

Les liens avec Donald Trump

Bolsonaro a déclaré avoir ressenti les premiers symptômes du coronavirus le 5 juillet, au lendemain d’un barbecue en compagnie de Todd Chapman, l’ambassadeur américain au Brésil. Des photos de l’événement, sur lesquelles on voyait le ministre des affaires étrangères, Ernesto Araújo, et le fils du président, Eduardo Bolsonaro, ont montré que personne ne portait de masque ou ne pratiquait la distanciation sociale.
Sur Twitter, Bolsonaro a fait l’éloge du discours prononcé par Trump le 4 juillet au Mont Rushmore, saluant « les mots d’un grand homme d’Etat ». Bolsonaro s’est sans aucun doute inspiré de Trump dans sa réponse au coronavirus. Il a minimisé la gravité du virus et fait pression pour la réouverture des services publics et des entreprises dans les États du Brésil. Il a également pris de l’hydroxychloroquine, un médicament antipaludique, y compris depuis qu’il a été testé positif, et a essayé de l’introduire dans les services de santé des Etats, malgré les inquiétudes relatives à son efficacité contre le Covid-19. Comme Trump, il a également critiqué l’OMS.
La dévotion que Bolsonaro voue à Trump n’a pas endigué l’effondrement de sa cote de popularité, qui est encore plus basse que celles de Trump, s’élevant aujourd’hui à environ 32 % d’après un récent sondage CNI/Ibope. L’approbation de l’action de Bolsonaro semble avoir chuté dans tous les segments de la population, sauf chez les ménages les plus pauvres, peut-être parce que certaines familles pauvres de cette catégorie bénéficient de mesures de soutien du gouvernement.
Le nombre de décès dus au coronavirus au Brésil – presque certainement sous-estimé – était de 66 741 le 8 juillet. Si Trump ne parvient pas à se faire réélire en novembre, son ami brésilien, qui espère pour sa part être réélu en 2022, pourrait commencer à se sentir assez seul.