Le spectre d’un Brexit sauvage

La Chambre des communes a donné son accord à Theresa May pour qu’elle active l’article 50 du traité de Lisbonne, ouvrant des négociations sur la sortie du Royaume-uni de l’Union européenne. Selon Jean-Louis Bourlanges, le Brexit va mettre à nu les multiples contradictions dans lesquelles se débattent les dirigeants britanniques, pris entre la volonté populaire et la nécessité de maintenir une économie ouverte, alors qu’ils cherchent des alliés du côté d’une Amérique succombant avec Donald Trump à la tentation protectionniste. Cet article a été publié sur le site www.telos-eu.com. Les intertitres sont de la rédaction de Boulevard-Exterieur.

Michel Heffe/unidivers.fr
Chant patriotique britannique du 18ème siècle

L’âne de Buridan aurait-il trouvé asile sur les bords de la Tamise ? L’aversion persistante des autorités britanniques pour un discours clair, réaliste et cohérent sur la nature, les objectifs et les modalités de la négociation de sortie de l’Union européenne a été confirmée par la récente publication d’un livre blanc sur la question, qui, pour compter 77 pages, n’en forme pas moins un ensemble particulièrement creux et indigent. Souvent présentée comme la conséquence inévitable d’une volonté machiavélienne de dissimulation inscrite dans la tradition diplomatique – « on ne commence pas par abattre ses cartes » – cette indigence ne traduirait-elle pas plutôt la tenace incapacité de l’administration du Royaume-Uni à dessiner les contours d’un schéma de départ comportant un minimum d’avantages pour l’Etat sécessionniste ?

Le chaud et le froid

Huit mois après que les peuples du Royaume-Uni ont choisi de partir, les « civil servants » de sa Majesté marchent en crabe autour d’une décision populaire qui désavoue leur œuvre des cinquante dernières années, et qu’ils ne parviennent ni à exploiter ni à contourner. Au fil de ses interventions publiques et de ses initiatives diplomatiques successives, le Premier ministre britannique, Mme May, souffle en permanence le chaud et le froid sur les contours de la future négociation. Elle passe sans crier gare de la menace à l’apaisement vis-à-vis de ses vingt-sept partenaires, évoque « les frères d’Europe » avant de rameuter de Trump à Erdogan tous ceux qui, à un titre ou à un autre, en veulent à l’Union de seulement exister. En fait, Theresa May ne paraît trouver le repos de l’esprit qu’en recourant aux médiocres ressources de la tautologie : « Brexit means Brexit ».

L’embarras des négociateurs britanniques a une origine précise. Il tient au fait qu’avant d’être un acte d’hostilité des citoyens envers l’Union européenne, le Brexit est l’expression d’un désaveu aussi brutal qu’injustifié du peuple contre le subtil équilibre entre participation et souverainisme, tricoté depuis le début des années soixante-dix du siècle dernier par une administration soucieuse de fonder la relation de Londres avec l’UE sur le maximum d’influence et le minimum de dépendance.
Le grand fantasme manipulateur qui s’attachait à l’adhésion britannique, c’était celui de l’India Office, c’est-à-dire le rêve d’un continent européen de quatre cent cinquante millions d’âmes subtilement téléguidées à Bruxelles par des fonctionnaires, des ministres et des parlementaires Britanniques, c’est-à-dire par des hommes et des femmes participant à des décisions collectives dont, par le jeu des opting out, ils veilleraient le plus souvent à préserver leurs propres compatriotes.
Il est significatif du retournement de l’opinion britannique contre ses dirigeants que deux des principaux abcès de fixation des débats sur le Brexit (la liberté de circulation de personnes en provenance de l’est européen et l’élargissement à la Turquie) aient été au cours des vingt dernières années les thèmes de prédilection des gouvernements du Royaume-Uni.
On pourrait compléter la liste des origines proprement intérieures du Brexit, en évoquant l’animosité grandissante d’une Angleterre industrielle sacrifiée, celle du nord du pays, contre l’ « industrie financière » florissante du Bassin de Londres. Contre-exemple particulièrement éclairant, l’Ecosse, lointaine, autonome et marginale, aura dû, quant à elle, à sa relative cohésion sociale et nationale de se voir épargnée par des déchirements spécifiquement anglais.

Limiter les frais

On comprend dès lors l’hésitation des dirigeants britanniques sommés par le peuple de quitter complètement une Union européenne où ils avaient su piocher ce qui était à leurs yeux le meilleur – les libertés de circulation et la coopération internationale et sécuritaire – tout en récusant tout le reste ou presque : l’euro, l’Europe sociale, le financement de la politique agricole, la charte des droits fondamentaux.
De part et d’autre de la Manche, les raisonnables veulent limiter les frais même s’ils savent que le référendum sur le Brexit rend un minimum de casse inévitable. Ils n’ignorent pas que toutes les solutions juridiquement imaginées pour se substituer à la situation actuelle sont pires que le statu quo villipendé mais ils savent aussi qu’il est totalement exclu de ne pas répondre à l’exigence politique d’une reconquête de sa souveraineté par le Royaume-Uni.
Ils se pincent le nez devant les conséquences prévisibles des négociations mais entendent les mettre à profit pour reconduire, « un pont plus loin », une relation de coopération stable et aussi inchangée que possible entre le Royaume-Uni et ses anciens partenaires. Ils peuvent espérer y parvenir dans la mesure où personne, à commencer par ceux qui remettent en cause le statu quo, n’a intérêt au durcissement d’un conflit qui tournerait inévitablement au désavantage de tous et d’abord à celui des Britanniques.

Figures libres et figures imposées

Il ne s’agit donc pas à proprement parler de savoir si le Brexit sera « dur » ou « mou » mais de commencer par opérer une claire distinction entre d’une part ce à quoi la reconquête, inévitablement déstabilisatrice, de sa souveraineté juridique par le Royaume-Uni oblige les Britanniques et les continentaux, les figures imposées par le référendum en somme, et, d’autre part, ce qui relève des choix politiques plus ou moins révisionnistes et subversifs que pourrait être amené à faire le gouvernement de Mme May dans le cadre d’un ordre international bouleversé entre autres par le trumpisme.
Cette distinction entre ce qui s’inscrit sans échappatoire possible dans la logique souverainiste du Brexit et ce qui relève de la figure libre, l’adhésion à la révolution protectionniste et anarchisante engagée par Donald Trump, est systématiquement ignorée et passée sous silence par les dirigeants britanniques actuels. Et pourtant, là est le grand choix fondateur de la nouvelle relation entre le Royaume-Uni, l’Union européenne et le reste du monde.

Dans ses discours les plus récents, Mme May a fait un pas vers la lumière en identifiant la sécession de son pays à un processus de reconquête de sa souveraineté et en focalisant sur la dénonciation corrélative de toute forme de compétence de la Cour européenne de justice. Cet exercice de clarification, abusivement présenté comme l’annonce d’un « Brexit dur », a pour effet de commencer à mettre en lumière les conséquences incontournables des deux négociations à venir, celle de l’accord de sortie et celle du futur statut du pays par rapport à l’Union.
Qu’il s’agisse du régime de circulation des biens et des services, inévitablement assujetti à un contrôle normatif aux frontières, de celle des personnes enfermée dans le carcan de la réciprocité ou encore de l’impossibilité d’un passeport euro généralisé sur les différentes catégories d’opérations financières, les marges de négociation seront très étroites et le Royaume-Uni doit admettre que le choix du Brexit le privera d’une part importante des moyens d’influence et d’action dont il dispose aujourd’hui.
Ne nous y trompons pas toutefois : nul besoin d’une négociation âpre, passionnelle et intransigeante pour contraindre les Britanniques à une « diminutio capitis » inhérente à tout processus de rupture entre Londres et l’Union européenne. La recherche, dans le cadre de discussions apaisées, d’un accord politique global entre les protagonistes sur le refus du protectionnisme, le maintien du libre échange en Europe et la sauvegarde de la sécurité collective, bref sur la présence politique maintenue dans l’ensemble européen et atlantique d’une Grande-Bretagne ouverte, vaillante et solidaire, ne permettra pas d’épargner au Royaume-Uni une situation de moindre confort et de marginalisation relative.

Le paradoxe de Bossuet

Même si Theresa May a paru prête intellectuellement à reconnaître les conséquences pratiques, fussent-elles inconfortables, de la décision prise par le peuple britannique, il n’est pas sûr qu’elle ait les moyens d’en assumer les conséquences politiques et qu’elle soit en mesure de juguler chez ses compatriotes la tentation d’une sorte de fuite en avant rageuse devant les effets négatifs inévitables du Brexit.
Il faut un sang froid hors du commun pour accepter sans sourciller les dommages induits par ses propres errements et pour ne pas se révolter, conformément au paradoxe de Bossuet, contre les effets indésirables des choix malencontreux dont on est responsable.
La fièvre nationaliste qui s’est emparé d’une partie de l’opinion anglaise, comme les gesticulations agressives de Mme May affichant une solidarité politique ostentatoire avec ceux les dirigeants de la planète, et d’abord avec Donald Trump, qui ont maille à partir avec l’Union européenne, semblent indiquer une certaine incapacité des Britanniques à jouer leur partie dans la sobriété et la sérénité. L’obscur sentiment d’avoir tort décuple la rage d’avoir raison. Il pourrait donner à la négociation de séparation un caractère passionnel et véhément qui ne serait en profondeur de l’intérêt de personne, sur le continent comme dans les Îles britanniques.

Cette fuite en avant enfoncerait le Royaume-Uni dans un ensemble impressionnant de contradictions. En se solidarisant avec la thématique protectionniste de Donald Trump, il opérerait une révision déchirante de ses valeurs et de ses principes et saperait les bases mêmes de son modèle historique de développement. Mme May en est d’ailleurs consciente qui célèbre le modèle singapourien et plaide pour une global Britain.
Mais que diable fait-elle alors dans la galère de Trump ? Une ouverture au monde qui commencerait par la fermeture à ses voisins immédiats appelle la perplexité : peut-on imaginer la « global Singapour » commencer par quitter l’ASEAN ? La vérité, c’est que dans les grandes manœuvres qui commencent, Mme May aurait tôt intérêt à être solidaire du combat des Européens en faveur d’une économie ouverte. Socialement, le Premier ministre a affiché devant son parti à Birmingham sa volonté de renouer avec la défense des « ordinary people » et le rétablissement des services publics. Comment pourrait-elle y parvenir en mettant à exécution ses menaces de dévaluation sauvage de la livre et de désarmement fiscal massif, deux politiques dont l’une renchérirait fortement la vie quotidienne des populations tandis que l’autre compromettrait le financement des services publics ?

La crise du système bipartisan

Politiquement, le système bipartisan est en crise outre-Manche avec la quasi-disqualification du Labour comme parti de gouvernement. Le Parti conservateur est lui-même fragile, partagé comme jamais entre trois héritages difficilement conciliables : un héritage social, porté par la figure mythique de Joseph Chamberlain, l’inspirateur officiel de Mme May, un héritage libéral, auréolé du souvenir écrasant de Margaret Thatcher, et enfin un héritage, ou plutôt une tentation, nationaliste et même xénophobe historiquement identifiée à la figure réprouvée de John Enoch Powell et son discours « des rivières de sang ».
Le Brexit a dressé les sociaux et les xénophobes contre les libéraux de la City et de l’immigration à tout-va. La fuite en avant ne manquerait pas de durcir les antagonismes et menacerait l’unité même d’un Parti incapable de prendre en compte les attentes des libéraux attachés au maintien des échanges avec l’Union et celles des « gens ordinaires » menacés dans leur niveau de vie par la guerre des monnaies et la chute du sterling.
La constitution d’un tiers Parti, à vocation majoritaire, pourrait même n’être pas totalement exclue. Il associerait les Libéraux, les héritiers du blairisme et les Conservateurs anti-brexiteurs. Seul le maintien sur des bases juridiques nouvelles d’une solidarité organisée du Royaume-Uni avec les Etats européens permettrait de contrôler ces aspirations centrifuges à la double rupture partisane.

Nationalement, enfin, il est clair que l’unité et la cohésion des quatre nations constitutives du Royaume-Uni sont totalement indexées sur la qualité, la sérénité et la stabilité des relations entre les membres de l’Union européenne et un Royaume-Uni qui ne peut sans forcer sa nature ni exposer sa survie oublier qu’il est, lui aussi, un État européen. Mme May doit choisir entre deux vocations : voir son pays devenir un repère de flibustiers, une sorte d’Ile de la Tortue, récusant pratiques coopératives et politiques responsables, ou, à l’inverse, rester fidèle à l’inspiration churchillienne du discours de la « finest hour » et d’un Royaume-Uni rempart de la civilisation européenne et mondiale. Il serait singulièrement déconcertant que la restauration de la souveraineté et de la grandeur britanniques accouche pour ce grand et noble pays d’un destin misérablement imité de celui des îles Caïmans.