Poutine se dote d’une armée personnelle

Vladimir Poutine a annoncé, le mardi 5 avril, la création d’une « garde nationale » qui sera composée des troupes du ministère de l’intérieur et des unités d’élite de la police. Forte d’environ 400 000 hommes, dotée de larges pouvoirs, elle sera dirigée par le général Viktor Zolotov, un féal du président russe, qui lui rendra directement compte sans passer par un filtre gouvernemental.

<a href="http://rf-smi.ru/" class=
Vladimir Kolokoltsev et Viktor Zolotov

Officiellement la garde nationale russe aura pour mission de combattre « le terrorisme et le crime organisé ». Officieusement a reconnu le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, elle pourra être aussi utilisée pour mater les « manifestations non-autorisées ». L’annonce inattendue de la création de cette nouvelle unité militaire a ouvert la voie à de nombreuses spéculations sur les véritables intentions de Vladimir Poutine.
Une « démonstration de force »
Le politologue Gleb Pavlovski, ancien conseiller du président russe qui a quitté les allées du pouvoir, la considère comme une « démonstration de force » à l’aspect essentiellement « symbolique ». Même si ses pouvoirs seront particulièrement étendus – possibilité d’arrêter et de détenir des « suspects » sans limite dans le temps avant de les livrer à la police ou à la justice, tirs sans sommation dans des « situations exceptionnelles », etc. –, même si elle pourra mener des opérations militaires dans la Fédération de Russie elle-même – c‘est déjà le cas des troupes du ministère de l’intérieur —, la garde nationale ne renforcera pas radicalement l’appareil répressif. Elle devrait certes compter jusqu’à 400 000 hommes mais ce chiffre sera atteint par l’agglomération d’unités existantes comme les OMON (forces anti-émeutes) ou les SOBR (unités d’intervention rapide).

La hantise des révolutions de couleur

La nouveauté se trouve dans la structure de commandement. Dirigée par le général Viktor Zolotov, la garde nationale sera directement reliée à l’administration présidentielle, donc à Vladimir Poutine. Il n’y aura plus entre le chef du Kremlin et cette force armée un intermédiaire, ministre de l’intérieur ou ministre de la défense, qui sont tenus au respect des règles constitutionnelles, encore que celle-ci puissent faire l’objet, si besoin est, d’une interprétation extensive. Avec la garde nationale, Vladimir Poutine se dote d’une armée à sa disposition personnelle, une sorte de garde prétorienne, qui doit le protéger aussi bien d’un mouvement de masse, style Maïdan en Ukraine, que d’un coup d’Etat au sein de l’élite.
Révolution de couleur ou révolution de palais, ces deux hypothèses paraissent sans doute peu crédibles à l’observateur objectif. Mais elles semblent hanter le président russe qui a vécu comme un traumatisme les mouvements de foule de Dresde où il était en poste pour le KGB au moment de la chute du mur de Berlin en 1989. Traumatisme régulièrement réactivé par les révolutions de couleur dans les anciennes républiques soviétiques ou par les « printemps arabes ». Poutine n’a pas oublié les manifestations de masse provoquées à Moscou par les fraudes et les manipulations aux élections législatives de novembre 2011, qui s’étaient poursuivies jusqu’à l’élection présidentielle de 2012. Avant les élections à la Douma prévues en septembre prochain et le scrutin présidentiel de 2018, il prend les devants.

Un féal à sa tête

Il confie le commandement de la garde nationale à Viktor Zolotov, jusqu’à maintenant vice-ministre de l’intérieur et chef des troupes de l’intérieur. C’est un serviteur zélé, rencontre à Leningrad dans les années 1990 dans l’entourage du maire Anatoli Sotchak. Viktor Zolotov a été le garde du corps de Vladimir Poutine, son compagnon de judo, le chef de son service de protection. Le président sait pouvoir compter sur lui. Il l’aurait bien nommé ministre de l’intérieur mais il n’a pas pu se débarrasser du titulaire du poste. Vladimir Kolokoltsev n’appartient au premier cercle poutinien. C’est un technocrate qui a fait une carrière de flic. Nommé ministre de l’intérieur en 2012, il a essayé de réformer une police inefficace et corrompue. Il n’a pas pleinement réussi mais il jouit d’une certaine popularité liée à son honnêteté. Des rumeurs sur son remplacement par Zolotov avaient couru dès la fin 2014. Faute de pouvoir le débarquer, Poutine a amputé son pouvoir.

La peur du « bonapartisme »

Kolokoltsev n’est pas un rival menaçant. Poutine se méfie plus de Sergueï Choïgou, le ministre de la défense. C’est un des hommes les plus en vue de Russie. Les guerres en Ukraine et en Syrie ont accru une popularité acquise auparavant à la tête du ministère des situations d’urgence. Personne ne le soupçonne de préparer un putsch mais Choïgou était ministre déjà du temps de Eltsine ; ce n’est pas un homme de Poutine, qui s’en méfie.
Les dirigeants soviétiques ont toujours eu la hantise de ce qu’ils appelaient le « bonapartisme », la prise du pouvoir par un militaire, éventuellement auréolé de la gloire apportée par les victoires. Ainsi Staline puis Khrouchtchev se débarrassèrent-ils du maréchal Gueorgui Joukov, le vainqueur de la Deuxième guerre mondiale. En créant une armée à sa main, Poutine se dote d’un contrepoids à l’armée régulière placée sous les ordres d’un ministre qui pourrait brusquement nourrir d’autres ambitions, ainsi qu’au FSB, l’héritier du KGB, dont il connait la puissance pour l’avoir dirigé. Il prend ses précautions dans la crainte de jours agités, provoqués moins par une opposition qu’il a éparpillée, que par le marasme économique conséquence de l‘incapacité du système à faire face à la baisse des prix du pétrole et aux sanctions occidentales.