Le Brexit ou la tentation du chaos

Les démissions se suivent à Londres même si elles ne se ressemblent pas. Nigel Farage, le chef de UKIP, le parti populiste hostile à l’Union européenne, a la satisfaction du devoir accompli après la victoire du Brexit. Il a annoncé, le lundi 4 juillet, abandonner la tête de son parti. Sa démission intervient après celle du Premier ministre David Cameron, qui sera effective à l’automne quand le Parti conservateur se sera doté d’un nouveau leader, et la désertion de Boris Johnson, le meneur des "Brexiteers" qui a renoncé à briguer la direction du gouvernement. Le sort du leader travailliste, Jeremy Corbyn, est également en suspens. Il a été désavoué par une majorité de députés du Labour. Le chaos politique qui règne en Grande-Bretagne semble peu favorable à la négociation rapide des nouvelles relations entre le Royaume-Uni et l’UE. Une analyse de Pauline Schnapper pour le site www.telos-eu.com

Un vent de panique souffle sur le Royaume-Uni et l’Union européenne depuis que les électeurs britanniques se prononcés à 52% pour une sortie de l’UE jeudi 23 juin. Si les sondages indiquaient depuis longtemps que le résultat serait très serré, beaucoup d’observateurs pensaient qu’au dernier moment les Britanniques “pragmatiques” opteraient pour le choix raisonnable, celui qui leur permettait de profiter des avantages du marché unique tout en restant à l’écart de la zone euro et de l’espace Schengen. Le choix du Brexit semble irrationnel et dangereux, impression confirmée par la chute des bourses mondiales et de la livre sterling, qui a perdu 10% de sa valeur depuis vendredi.

Trois fractures

Pour comprendre ce vote, il faut revenir à la sociologie électorale et au déroulement de la campagne. La carte des résultats confirme les indications données par les sondages pendant la campagne, c’est-à-dire qu’elle fait apparaître, pour simplifier trois fractures principales dans le pays, entre jeunes et vieux, riches et pauvres, urbains et ruraux.
Les plus de 65 ans ont voté pour le Brexit à 60% alors que les moins de 25 ans ont été 73% à vouloir rester dans l’Union, illustrant la différence de socialisation européenne entre les générations. Mais, en dehors des villes universitaires comme Oxford et Cambridge, les zones à forte population jeune sont aussi celles dont la participation a été la plus faible. Les voix des personnes âgées ont donc joué un rôle disproportionné dans ce scrutin. Le niveau d’éducation a été aussi un facteur clé dans la distribution du vote : les personnes les moins éduquées ont le plus voté pour le Brexit, phénomène qu’on retrouve dans bien d’autres pays européens.
Enfin, sur le plan géographique, la plupart des grandes villes, et surtout Londres, ainsi que l’Ecosse et l’Irlande du Nord ont voté pour le maintien tandis que les petites villes, les campagnes et les zones périphériques côtières appauvries où le UKIP obtenait ses meilleurs résultats ont voté pour le Brexit à une assez large majorité.

Outrances

La façon dont la campagne s’est déroulée est riche d’enseignements sur la montée du populisme et peut nourrir de légitimes interrogations sur la dimension “démocratique” de tels scrutins. Les électeurs, peu au fait du fonctionnement des institutions européennes, ont été abreuvés de mensonges éhontés par la campagne du Leave sur le coût de l’UE, le profit que pourrait tirer l’économie britannique de son retrait, la dimension non-démocratique de l’Europe (comme si la Chambre des Lords était un modèle de représentation démocratique) et le retour au contrôle des frontières qui permettrait de stopper l’immigration, le tout relayé par une presse complaisante et ne reculant devant aucune démagogie.
Rien en revanche n’avait été annoncé de concret sur ce qui arriverait ensuite, à part une vague promesse de négocier des traités de libre-échange, dont le président Obama a fait savoir qu’elle était illusoire.
En face, les partisans du Remain, notamment David Cameron et George Osborne, se sont livrés à des outrances sur les conséquences possibles du Brexit, moins nombreuses certes que celles de leurs opposants, mais qui les ont pour partie décrédibilisés. La campagne travailliste enfin a été tardive et faible, évitant par embarras le sujet de l’immigration dont ses électeurs voulaient pourtant entendre parler.
Par ailleurs, des médias comme la BBC ont, au nom de la stricte impartialité, présenté comme équivalents les mensonges de Boris Johnson et les rapports d’organisations internationales comme le FMI ou l’OCDE, contribuant au rejet général de l’establishment et des “experts”. Au total, les slogans simplistes (Project Fear ou Take Back Control) ont remplacé le débat informé sur l’Europe qu’était censé permettre une campagne référendaire. Au final, une petite majorité d’électeurs ont fait le choix du chaos ou de la table rase, quitte à le regretter ensuite.

Etat de choc

Le pays paraît en état de choc depuis le 24 juin, comme hébété par la décision qu’il a prise. Même les leaders du Leave, d’ailleurs divisés sur le libre échange et l’immigration, semblent embarassés par leur victoire, à laquelle ils ne croyaient probablement pas et pour laquelle ils n’avaient prévu aucune stratégie.
Il faut dire que les problèmes ne manquent pas, contrairement aux solutions. L’Ecosse, qui a voté à 62% pour rester dans l’UE, est en ébullition, le gouvernement indépendantiste menaçant tour à tour d’organiser un nouveau référendum ou de bloquer le Brexit (les lois gouvernant la dévolution prévoient que l’Ecosse doit être consultée sur tout changement important qui la concerne). Les nationalistes catholiques nord-irlandais exigent un référendum sur la réunification de l’Irlande et refusent l’instauration d’une vraie frontière entre le nord et le sud, qui correspondrait à la frontière de l’Union européenne.
C’est donc l’avenir même du royaume qui est en suspens. Les deux grands partis traditionnels, conservateur et travailliste, sont en crise et changeront probablement de leader dans les semaines à venir. Leur capacité à répondre aux angoisses et exigences contradictoires de leur électorat est également en doute.

Ce désarroi est visible aussi, bien sûr, dans les capitales européennes confrontées à un événement sans précédent et aux conséquences imprévisibles. Nul ne sait vraiment comment les étapes du Brexit lui-même vont se dérouler ni quand le désormais fameux article 50 du traité de Lisbonne, qui prévoit les modalités de sortie dun pays de l’Union de façon très générale, sera actionné.
Au-delà du chaos politique et financier de ces jours-ci, nul ne sait non plus quelles conséquences à long terme aura cette nouvelle crise, volontaire celle-ci, sur l’avenir de l’Union européenne. La négociation qui va s’ouvrir avec Londres, maintenant ou à l’automne a priori, sera cruciale à cet égard, tout comme les initiatives que prendront, ou pas, les dirigeants européens pour relancer le projet commun et le rendre plus acceptables à leurs peuples. Le besoin d’unité et de leadership en Europe se fait plus sentir que jamais, mais nos dirigeants seront-ils à la hauteur de l’enjeu ?